Projet Bourgeon - L'alcool et ses ennemis dans les mondes musulmans

Programme Bourgeon - L'alcool et ses ennemis dans les mondes musulmans : Histoires, rites, normes et circulations transnationales

porté par Philippe Bourmaud pour le Larhra

 

Le programme Bourgeon de l'Université Jean Moulin – Lyon 3 « L'alcool et ses ennemis » réunit sept chercheurs travaillant sur l'histoire, l'anthropologie, la géographie et les politiques de l'alcool, ses normes religieuses, médicales et internationales, et ses modes de consommation à travers la vie nocturne, les addictions, les lieux de sociabilité. Dans le cadre du programme Bourgeon, nous mettrons en avant la manière dont se conçoivent et fonctionnent les normes dans les sociétés marquées par la modernisation depuis le dix-neuvième siècle. L'idée que l'alcool est l'objet d'une réprobation dérivant d'un interdit religieux en islam ne résiste pas à l'analyse de l'ambiguïté des énoncés normatifs dans la tradition et les écrits des oulémas, ni à l'analyse des argumentaires et des discours de réprobation sur l'alcool. Comment fonctionne alors l'interdit ?

 

Envisager le statut de l’alcool dans le monde musulman ne va pas sans relever quelques paradoxes. Objet de prohibitions diverses, il y fait pourtant l’objet d’un commerce florissant. Quant aux politiques répressives, elles sont, pendant toute une période, portées non pas par les élites musulmanes elles-mêmes, mais bien par les puissances coloniales européennes . D’un pays à l’autre, et d’un régime à l’autre, l’alcool occupe des positions diamétralement opposées, mais jamais sans provoquer débats et conflits. Plus qu’ailleurs, l’alcool y est « matière à politique », et fournit une riche clé d’entrée pour comprendre les sociétés musulmanes dans leurs dimensions normatives et transgressives, intimes et sociabilitaires, économiques et morales.

 

Nous nous proposons de repenser certains débats qui président aux transformations du monde musulman aux périodes modernes et contemporaines. Nous interrogerons particulièrement l’imbrication des normes religieuses et juridiques, les circulations transnationales des politiques publiques, et l’intégration (ancienne) dans un marché mondial de l’alcool.