Soutenance de thèse Mawuli DEGBE présentera ses travaux

Sous-titre: 

Mission catholique, pouvoirs coloniaux, pouvoirs locaux en terre Togolaise : confrontations et accommodements, de 1886 à 1921

Date: 
18/06/2013 - 09:00
Type: 
Soutenance

à 9h, Paris, École de la médecine dans l’amphithéâtre, 15, rue de l’École de la médecine, 75006

Sous la direction de :
Monsieur Jacques FRÉMEAUX, Professeur à l’Université La Sorbonne Paris-IV.
Monsieur Claude PRUDHOMME, Professeur à l’Université Lumière Lyon-2.
Jury :
Monsieur Henri MÉDARD, Professeur à l’université La Sorbonne Paris I
Monsieur Rainer HUDEMANN, Professeur à l’Université La Sorbonne Paris-IV
Monsieur N’Buéké GOEH-AKUÉ, Professeur à l’Université Nationale de Lomé

résumé :
Notre recherche porte sur l'histoire particulière de l'Église catholique au Togo au début de son évangélisation. Il consiste à retrouver l'originalité et la méthode du travail pastoral des premiers missionnaires allemands, et surtout à voir comment ils ont réussi, malgré les confrontations entre les motivations de l'idéal pastoral et celles des intérêts coloniaux et les résistances locales, à implanter le christianisme dans ce pays. L'Église du Togo a été perturbée par la
prise en compte de l'identité nationale des missionnaires. La Grande Guerre de 1914-1918 en a été une parfaite illustration. Cette Église naissante pouvait-elle souffrir du passage entre ces deux instituts : SVD (Société du Verbe Divin) allemand soutenu par les soeurs SSpS (Servae Spiritus Sancti) d’un côté, et de l’autre, SMA (Société des
Missions Africaines) français soutenu par les soeurs NDA (Notre-Dame des Apôtres) du fait des événements politiques et les revendications nationalistes ?
L’autorité pontificale n’est pas restée indifférente à cet événement. La reprise de l’évangélisation par les SMA et les religieuses NDA – tous Français – a été une démarche hésitante. Mais le 21 janvier 1921, le Saint Siège, après maintes négociations et consultations, a fini par leur confier la mission du Togo. Seront-ils bien accueillis par les
autochtones en attente nostalgique du retour des précédents (SVD et SSpS) qui leur ont ouvert l'esprit sur la foi chrétienne? La confiance sera-t-elle au rendez-vous vis-à-vis de ces nouveaux missionnaires dont la nationalité se confond avec celle des nouveaux