Valentina Hristova

Docteur en Histoire de l'art moderne

Axe(s) / transversalité(s) : Religions et croyances, Art, image, société

Thèmes de recherche ou d'activité:

Recherches/activités

2016-2018

ATER en Histoire de l'art moderne (temps plein) à l’Université Paris Nanterre

2010-2014

- Chargée d’études et de recherche à l’Institut National d’Histoire de l’Art au sein du projet de Répertoire des tableaux italiens dans les collections publiques françaises (XIIIe-XIXe siècles), sous la direction de Michel Laclotte et Nathalie Volle (axe de recherche « Histoire du goût », dirigé par Chantal Georgel).

Parcours

2018
Qualification aux fonctions de Maître de conférences par le C.N.U. (section 22)

2017

Doctorat d’histoire de l’art (mention Très Honorable avec les félicitations du jury), Université Grenoble Alpes

Sujet : Dépositions, Lamentations et Mises au tombeau dans la peinture de la Renaissance en Italie centrale. De  Sandro Botticelli à Francesco Salviati (dir. Daniela Gallo)

 

 

Publications

A) Articles

- (À paraître) « Le Christ mort, un étendard ? Nouvelles considérations sur la peinture romaine au temps des réformes (v. 1500- v. 1560) », ArtItalies, 2019.

- (Sous presse) « Entre art, dévotion et réforme catholique : la Lamentation de Rosso Fiorentino à Borgo Sansepolcro », Revista de História da Arte e Arqueologia.

- « L’œil à l’épreuve des documents. La difficile redécouverte de la Mise au tombeau de Londres et ses spéculations méthodologiques », dans Pascal Griener et Patrick Michel (éd.), Connoisseurship. L’œil, la raison, l’instrument, actes du colloque international (Paris, École du Louvre, 20-22 octobre 2012), Paris, éditions de l'École du Louvre (coll. Rencontres de l’École du Louvre), 2014, p. 31-38.

- « Pour une lecture intelligible d’Anachronic Renaissance : contenu et critiques », dans Studiolo. Revue d’histoire de l’art de l’Académie de France à Rome, n° 9, 2012, p. 310-317.

- « "Faux vrais ". Vrais tableaux, fausses signatures », dans Esther Moench (dir.), Primitifs italiens : le vrai, le faux, la fortune critique, catalogue de l’exposition (Ajaccio, Palais Fesch-musée des Beaux-Arts, 29 juin-1er octobre 2012), Milan, Silvana Editoriale, 2012, p. 119-127.

 

B) Notices

- Une notice sur le Portrait de Simonetta Vespucci de Piero di Cosimo, dans Michel Laclotte et Nathalie Volle (dir.), De Fra Angelico à Botticelli… Chefs-d’oeuvre retrouvés, catalogue de l’exposition (Chantilly, Jeu de paume du domaine de Chantilly, 6 septembre 2014-4 janvier 2015), Paris, Éditions Cercle d'Art , 2014, p. 134-138, cat. 35.

- Une notice sur un faux tableau d’après Simone dei Crocifissi, dans Esther Moench (dir.), Primitifs italiens : le vrai, le faux, la fortune critique, catalogue de l’exposition (Ajaccio, Palais Fesch-musée des Beaux-Arts, 29 juin-1er octobre 2012), Milan, Silvana Editoriale, 2012, p. 286, n. 43.

- Une notice (avec Matteo Gianeselli) sur un tableau attribué à « Tommaso », ibidem, p. 128, n. 11.

 

C) Comptes rendus

- Marcia B. Hall, The Sacred Image in the Age of Art : Titian, Tintoretto, Barocci, El Greco, Caravaggio, New Haven, Yale University Press, 2011, dans Revue de l’art, n° 4, 2013, p. 96-97.