Genre et Sociétés

Thématiques

Thématique 1 : Âges, travail, care

Cette thématique croise l’histoire du travail rémunéré et non rémunérée dans les ateliers et les usines, dans la sphère domestique et dans les institutions d’assistance avec l’analyse de l’âge et du cycle de vie des femmes et des hommes. Un premier sous-thème porte sur l’organisation genrée du travail et sur le travail indépendant féminin, de l’entrepreneuriat au travail intermittent et illicite. Le marché du travail est abordé, d’une part, à travers l’étude des migrations de travail de femmes à courte et à longue distance et, d’autre part, par les négociations autour des salaires et leurs implications de genre.

Dans un second sous-thème, deux aspects complémentaires et interconnectés du travail domestique et de soin sont abordés : les métiers et les professions du care ; l’étude des usages du temps et de la répartition des tâches de soin et de ménage au sein des familles.

Cette thématique partage des questions développées dans l’axe « Régulations ».

 

Thématique 2 : Normes, institutions et déviances

Les recherches menées dans le cadre de cette thématique abordent à la fois les normes et leurs infractions et plus spécifiquement les pratiques genrées de l’administration et les expériences des administrés et les administrées (consentement, stratégies d’évitement, agency, marginalité, micro-pénalité). Les formes et les normes de l’assistance genrée sont étudiées dans les institutions carcérale, psychiatrique, scolaire, hospitalière et d’hébergement.

Une attention particulière est portée, plus largement, sur l’éducation à la sexualité et les minorités sexuelles, sur l’éducation des jeunes et des enfants et sur la déviance juvénile.  

Un sous-thème spécifique porte sur la famille comme institution sociale et économique traversée par des dynamiques de genre. L’analyse du cadre normatif de l’institution familiale va de pair avec celle des conflits, ruptures et violences en son sein (mariages, séparations, divorces).

 

Le séminaire « Familles et individus en Europe de l’époque moderne à nos jours » est conçu en lien avec ce sous-thème.

 

Thématique 3 : Arts et cultures visuelles

Le croisement entre les études de genre, l’histoire sociale et l’histoire de l’art permet de réfléchir à de nouvelles méthodes, afin d’interpréter les hiérarchies sociales, l’histoire des corps et des apparences, la construction des masculinités et les processus d’émancipation politique qui ont eu lieu tout au long des XIXe, XXet XXIsiècles (formation artistique et technique, réseaux de sociabilité, institutionnalisation, diffusion des objets et des savoirs, culture matérielle, médias). Les cultures visuelles étudiées à travers le prisme du genre sont interrogées non pas uniquement comme illustration du fait social, mais aussi comme moteur d’identification et puissance d’agir face aux normes.  Des terrains spécifiques portent sur l’étude visuelle des masculinités artistiques et des identités non normées de genre et sur la science physionomique et les représentations du corps des déviants et notamment sur le caractère reconnaissable de la délinquance dans le visage et le corps.

La thématique croise des sous-thèmes de l’axe « Arts, images, sociétés ».

 

Thématique 4 : Engagements

Au cœur de cette thématique se situent, d’une part, l’intérêt pour les mouvements politiques et sociaux (féministe, religieux, étudiant) et, d’autre part, l’étude des formes genrées de l’engagement et de l’action sociale. Les dimensions transnationale et post-coloniale des pratiques d’engagement, mais aussi régionale et nationale, sont également abordées dans le cadre de cette thématique.

Un premier sous-thème étudie les liens entre Femmes, genre et catholicisme et plus particulièrement les femmes catholiques et le changement social et culturel auquel elles sont confrontées, particulièrement dans le champ des sexualités. Un deuxième sous-thème porte sur les mouvements de femmes entre colonialisme et décolonisation. Un troisième sous-thème aborde la dimension genrée de la contestation militante et ses évolutions, incluant les luttes environnementales et l’écoféminisme.

Les thématiques de l’axe « Conflictualités » partagent plusieurs points abordés dans les études du militantisme genré.